Artistes

Artistes

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #

Valério Adami

(né à Bologne le 17 mars 1935)

Pierre Alechinsky

(19 octobre 1927 à Saint-Gilles-lez-Bruxelles – Belgique)

 

Étudiant en  typographie et illustration à l’Ecole nationale d’architecture et des arts décoratifs de la Cambre (Bruxelles), il découvre en 1945 l’oeuvre d’Henri Michaux de Dubuffet, des surréalistes et devient l’ami du critique d’art Jacques Putman.
En 1949, il rencontre Dotremont et adhère au mouvement Cobra cette même année avec Asger Jorn et  Karel Appel) et est l’un des membres les plus productifs jusqu’à la dissolution du mouvement en 1951. Alechinsky participe à la première Exposition internationale Cobra au Stedjelijk Museum d’Amsterdam et fait en 1954, la connaissance du peintre chinois Wallace Ting qui jouera un rôle important dans le développement de son oeuvre.
Dans les années 50, l’artiste séjourne en Extrême-Orient, puis aux Etats-Unis ; il s’intéresse à la calligraphie japonaise et à l’Action Painting qui influenceront durablement son oeuvre.
L’artiste réalisera un très grand nombre de lithographies et gravures ; passionné par le livre, il illustrera poèmes et textes (Cioran, Butor, Yves Bonnefoy, André Frénaud, Tardieu, etc.) et publiera de nombreux ouvrages.

En 1983, Alechinsky devient professeur de peinture à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris.

Daniel Jacques Allonsius

Peintre, dessinateur, sculpteur et designer, Daniel Jacques Allonsius (1923 – 1995), fut élève à l’ École des Beaux-Arts de Paris de 1940 à 1943 , puis à l’École des Arts Appliqués in Fort-de-France de 1950 à 1951.

 

Collective Art

Genevière Asse

Geneviève Asse, de son vrai nom Geneviève Bodin, née à Vannes le 24 janvier 1923, intègre en 1940 l’École nationale des arts décoratifs et expose au Salon des moins de trente ans et au Salon d’automne.

Après la guerre, où elle s’engage dans les FFI, elle fait partie du Groupe de L’Echelle et rencontre Samuel Beckett, André Lanskoy, Serge Poliakoff, Serge Charchoune, Nicolas de Staël, Bram et Geer van Velde.
Geneviève Asse partage aujourd’hui son travail entre Paris et L’île aux Moines, et est considérée comme l’une des artistes majeurs de l’abstraction en France. Elle a récemment exposé son son œuvre gravé à la Bibliothèque nationale de France (2002) et ses « Peintures » au Centre Pompidou (2013).

« Derrière l’horizon, l’aube, les gris ombrés, bleus noirs d’outremer transparent, des blancs qui disparaissent dans le grain de la toile, rien d’extérieur en dehors du temps. » (Notes de travail, 1974)

Marc Attali

Jean Audema

(1864-1921)

Since the late nineteenth century, France manages several colonies in Central Africa and particularly from 1882, the French Congo which includes the current Gabon and Republic of Congo. Born August 19, 1864 in Montpellier, Jean Audema was employed as an auxiliary in Congo in 1894, then postmaster in 1898, station chief in 1902, and was finally promoted to a colonial administrator in 1904. During this period he made numerous photos in Gabon, Congo and Tchad between 1894 and 1912. A large part of his photographs were used for postcards distributed in France and which were a great success and soon collected.

The National Museum of African Art’s Eliot Elisofon Photographic Archives has made these precious time-documents available online.

And by comparing postcards and our photographs we note on postcards that show scarification the use of the same poses and accessories.

Jean Audema is considered today as one of the pioneers of photography in central Africa, his original photographs are of all rarities, such a set never appeared on the trade.

Francis Bacon

(né le 28 octobre 1909 à Dublin et mort le 28 avril 1992 à Madrid)

André Beaudin

(né le 3 février 1895 à Mennecy et mort le 6 juin 1979)

Peintre et sculpteur membre de l’École de Paris.

Hans Bellmer

(né le 13 mars 1902 à Kattowitz, Silésie allemande et mort le 23 février 1975 à Paris)

Peintre, photographe, graveur, dessinateur et sculpteur franco-allemand.

Ingrid Bergman

Max Bucaille

(Sainte-Croix-Hague : 30 juin 1906 ; Créteil : 1er avril 1996)

Professeur de Mathématique dans le Val de Marne,  il crée des poèmes et de collages surréalistes dès 1930 et  collabore à des revues et des publications artistiques dès les années 1936-1939.
Affecté à la 3ème Section de COA le 5 septembre 1939, il est fait prisonnier à Mordelles et interné en Tchecoslovaquie le 17 juin 1940 au Stalag IV C jusqu’au 15 mai 1945 où il fut libéré par les Alliés.
Il devient membre du Groupe Surréaliste Révolutionnaire de 1947 à 1949 en compagnie de Nöel Arnaud, Jean Laude et Christian Dotremont, Joseph Istler, Asger Jorn…
Tout en continuant à s’adonner au collage, sa palette s’enrichit, peinture, sculpture. Il crée une nouvelle technique picturale: la photopeinture, avec de nombreuses expériences en chambre noir.
Il fut un des fondateurs et des plus éminents représentants du groupe international «Fantasmagie». Il est présenté comme un des maîtres du réalisme fantastique. Il fut également membre du Collège de Pataphysique.

Références complètes : http://www.maxbucaille.com

Jorge Camacho

(né le 5 janvier 1934 à La Havane, et mort le 30 mars 2011 à Paris)

Enrique Careaga

(Asunción, 30 août 1944 − ibídem, 9 mai 2014 )​

Robert Carmet

Né à Paris le 12 janvier 1923, mort à Soulac-sur-Mer le 14 février 2001.

Photographe du Service d’information de la France combattante, et aviateur des Forces aériennes françaises libres (FAFL) de 1942 à 1944 à Brazzaville, Robert Carmet se trouve aux côtés de Germaine Krüll, Jean Costa et Ellebé (Robert Lefebre). Après la fin du conflit, il devient chef de la section photo au service de presse et d’information du gouvernement général de l’Afrique équatoriale française, jusque dans les années 1955.

Frédéric-Auguste Cazals

(1865-1941)

Dessinateur, écrivain et illustrateur.

Geneviève Claisse

(née  à Quiévy – Nord et morte le 30 avril 2018 à Dreux -Eure-et-Loire)

Elève d’Auguste Herbin (1882-1960), dont elle établira avec soin son catalogue raisonné, elle devient dès 1958 membre du mouvement Abstraction-Création adoptant pour toujours un langage géométrique.

Connue internationalement et ses oeuvres sont présentes dans tous les grands musées et une rétrospective lui est consacrée en France  au musée Matisse du Cateau-Cambrésis en 2005.

Ronald Colman

Charles Combe

(Dieulefit – Drôme : 16 juillet 1828 ; 6 septembre 1877)

Jean Coulon

Artiste lyonnais, Jean Coulon participa à l’ouvrage La Vie lyonnaise : Autrefois, Aujourd’hui (1898) avec 650 illustrations en couleurs et enlumina quelques livres précieux à la demande de bibliophiles.

Maxime Defert

(né à Avalon, France le 11 mai 1944)

Maurice Denis

(né le 25 novembre 1870 à Granville dans la Manche, mort  le 13 novembre 1943 à Paris)

Artiste peintre nabi, décorateur, graveur, théoricien et historien de l’art.

Gustave Doré

(né le 6 janvier 1832 à Strasbourg  – mort le 23 janvier 1883 à Paris)

Graveur, peintre, sculpteur, illustrateur et caricaturiste français.

Jean Dubuffet

(Le Havre, 31 juillet 1901 – Paris, 12 mai 1985)

Maryse Eloy

(née à Mont-Saint-Aignan, France, le 16 novembre 1930.)

Jean-Louis Forain

( né à Reims le 23 octobre 1852 et mort à Paris le 11 juillet 1931)

Léonard Foujita

(Tokyo – Japon :27 novembre 1886 ;  Zurich – Suisse :29 janvier 1968)

Peintre, dessinateur et graveur, illustrateur, céramiste, photographe, cinéaste et styliste.

Fils d’un général médecin de l’armée japonaise au temps de l’empereur Mutsuhito, il grandit en apprenant le français tout en étudiant la peinture occidentale à l’école des Beaux-Arts de Tokyo. Diplômé en 1910, il part à Paris en 1913 en s’embarquant pour une longue traversée maritime vers Marseille avant de rejoindre la capitale et, en particulier, le quartier des artistes à Montparnasse.

Proche de Pablo Picasso, Amedeo Modigliani, Henri Matisse ou Fernand Léger, Foujita se lance dans la peinture avec succès pendant la Grande Guerre. En 1917, sa première exposition de cent dix aquarelles dans un genre mi-japonais, mi-gothique, est un triomphe. En 1924, il peint notamment Youki, déesse de la neige, pour le salon d’Automne. En 1930, il peint quatre tableaux : Le Salon à Montparnasse, La Dompteuse au lion, Trois femmes et Le Triomphe de la vie sur la mort.

Après plusieurs années d’un voyage qui le mène notamment en Amérique latine, il revient au Japon en 1933. Pris dans la tourmente de la guerre, il soutient l’action militariste de son pays, tant à travers ses peintures telles Senso-ga (ou La Bataille de la rivière Khalka) que son engagement personnel. Mais, dès 1945, il saura se rapprocher des États-Unis afin de poursuivre sa carrière en Occident. On le retrouve ainsi à New York puis à Paris au début des années 1950. Ayant obtenu la nationalité française en 1955, converti au christianisme en 1959 avant de devenir mystique en s’installant dans la vallée de Chevreuse à Villiers-Le-Bâcle, Léonard Foujita réalise encore quelques œuvres remarquables comme la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix à Reims qui porte son nom et où sa dépouille repose désormais.

Références complètes : www.fondation-foujita.org

François Ganeau

(1er mai 1912 à Paris en France – 1983).
Artiste décorateur.

Eduardo Benito Garcia

(1891-1981) , alias Benito, was Spanish fashion illustrator and painter, noted for his Vogue covers of the 1920s and 1930s.

Paul Gauguin

(né le 7 juin 1848 à Paris et mort, le 8 mai 1903 , à Atuona, Hiva Oa, aux îles Marquises)

Henri Goetz

(New York : 29 septembre 1909 – Nice : 12 août 1989)

« Si je choisis le monde non figuratif, c’est que je crois qu’il est plus vaste que l’autre. Je crois qu’il y a plus à découvrir dans l’inconnu que dans le connu. Si la limite du connu est l’inconnu, l’inverse ne me semble pas vrai. »

Références complètes : https://henrigoetz.com

Natalia Sergueevna Gontcharova

(3 juillet 1881 – 17 octobre 1962)

Artiste d’avant-garde, peintre, illustratrice, membre à la fois du premier groupe d’art indépendant, Jack of Diamond, et du mouvement Der Blaue Reiter. Elle s’installa à Paris en 1921 où elle résida jusqu’à sa mort.

Georges Gorvel

(Paris : 19 octobre 1866 – 18 janvier 1938)

Peintre, sculpteur, dessinateur et graveur, Georges Gorvel illustra de nombreux ouvrages. En 1905, il exposa au côté d’Henri Matisse à la galerie Élie Faure. Georges Gorvel réalisa de nombreuses gravures pour des timbres, mais aussi pour d’autres artistes comme Raoul Dufy et Charles Guérin.

Marcel Goupy

(1886-1954)

Cary Grant

Fernand Hertenberger

Fernand Hertenberger (1882-1970), peintre et illustrateur né à Rheims, élève de T.-H. Fleury et Déchenaud, exposa au Salon de Paris et illustra plusieurs ouvrages dont Là-bas de Huysmans et Le Colonel Chabert de Balzac. Acteur important du mouvement Art Deco, il partagea avec son frère et artiste Claude une maison-atelier construite par l’architecte Henri Glaizot en 1921 dans le XVIème arrondissement de Paris.

Alexandre Iacovleff

(1887-1938)

Jean-Auguste-Dominique Ingres

né le 29 août 1780 à Montauban et mort le 14 janvier 1867 à Paris

Bernard Jardel

(1932-1984)

Diplômé en commerce et en architecture aux Beaux-Arts, fut pendant près de 20 ans le directeur commercial de Schwartz-Haumont, le jour, et artiste-peintre, la nuit.

Son oeuvre fut qualifiée de Surréalisme Optique par Victor Vasarely.

 

Germaine Krull

Germaine Krull, née le 20 novembre 1897 à Wilda, un quartier de Poznań (alors dans l’Empire allemand, aujourd’hui en Pologne), morte le 31 juillet 1985 à Wetzlar (Hesse), intèrege la Lehr-und Versuchsanstalt für Photographie, Chemiegraphie, Lichtdruck und Gravüre de Munich en 1916. Sa fréquentation de l’extrême gauche et du milieu anarchiste provoque son arrestation et sa condamnation à mort par les contre-révolutionnaires. Elle s’enfuit à Berlin et fréquente les dadaïstes et les expressionnistes. Après sa rencontre avec le cinéaste Joris Ivensn elle s’installe aux Pays-Bas et expérimente la photographie d’architecture et collabore aux revues i-10 et De Filmliga.
Installée à Paris vers 1925, Gallimard lui consacre une mince monographie éditée dans la collection Photographes Nouveaux. Elle fréquente les surréalistes et collabore à plusieurs ouvrages dont La Folle d’Itteville  édité en août 1931. Elle travaille ensuite à Monaco pendant 5 ans, puis, après un passage aux Amériques, elle rejoint Brazzaville, le chef-lieu de l’Afrique-Équatoriale française ralliée dès août 1940 à la France libre, où elle dirige le service de propagande local. Elle participe au débarquement de Provence puis à la libération du camp de concentration du Struthof et de Vaihingen. Correspondante de guerre en Indochine à partir de 1946, elle parcourt l’Asie du Sud-Est, allant jusqu’à devenir la première directrice du Mandarin Oriental, Bangkok. Elle rentre en Allemagne en 1955. Son ami André Malraux, ministre de la culture, organise sa première grande rétrospective au Palais de Chaillot, à Paris.

Théophile Lacaze

(1799 – 1846)

UN PEINTRE ROMANTIQUE OUBLIÉ

Né dans un famille de négociants en vin de Libourne (Gironde) le 15 juin 1799, Pierre Théophile Lacaze apprend la peinture en autodidacte et voit un premier tableau  accepté au Salon de 1824. Récompensé en 1827 à l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux, il adopte à partir de 1830 un style romantique particulièrement influencé par les œuvres de Delacroix.

En 1834, il participa à l’Exposition bordelaise au profit des pauvres en présentant sept œuvres très remarquées (six aquarelles et un dessin) : « Les délicieuses compositions de M. Lacaze ont vivement attiré le public. Une couleur chaude et vigoureuse, un dessin incorrect parfois mais toujours spirituel, une grande naïveté dans les poses, une composition sage, une entente parfaite des ombres et de la lumière classent M. Lacaze comme un des plus distingués. »

En 1838, Lacaze reçoit deux médailles d’argent a l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux pour ses pastels et pour le tableau Richard et le docteur maure. Au Salon , Jésus bénissant les enfants, œuvre aux grandes dimensions qui reçoit la médaille de Bronze et est acquise par la Reine Marie-Amélie au cours de sa visite au Salon puis exposées dans ses appartements. Cette toile entré au Musée du Louvre et mise en dépôt à la chapelle de l’école militaire de Saint-Cyr, le 21 juin 1890, fut malheureusement détruite lors de la seconde guerre mondiale.

Primé au Salon de 1839,  Richard et le docteur Maure est alors  acquis par le Roi pour sa collection personnelle.

Le 17 août 1840, la Commission des monuments historiques de la Gironde nomme Lacaze comme membre correspondant à Libourne, au titre de peintre d’histoire. L’année suivante, il participe une nouvelle fois au à l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux et reçoit La médaille d’or pour ses peintures d’histoire.

Devenu un peintre reconnu, il reçoit dans son atelier de Libourne le Duc d’Orléans et le Duc et la Duchesse de Nemours.

Pierre Théophile Lacaze s’éteint le 5 septembre 1846.

Le musée de Libourne qui possède plusieurs de ses œuvres, organisa la première rétrospective de l’œuvre de Lacaze en 1963.

Maurice Lalau

Maurice George-Élie Lalau est un illustrateur, dessinateur et peintre français, né le 27 juillet 1881 à Paris 9e et mort à Paris 16e le 14 avril 19611.

 

Marie Laurencin

(Paris : 31 octobre 1883 à Paris – 8 juin 1956)

Thérèse Le Prat

In twenty years, Thérèse Le Prat photographed the actors in more than two hundred and fifty classical or modern plays, including Louis Jouvet, Alain Cuny, Maria Casarès, Gérard Philipe, Jean-Louis Barrault and Jean Vilar. Using photographic realism to make the most of the combinations offered by changes of costume, make-up and lighting, she created a highly personal body of work whose chief subject of inspiration is the mystery of the human face.

Jean Lebedeff

Born in 1884 in Bogorodsk, Russia, Jean Lebedeff left his country at the age of 22, embarking on a long journey to France. Settled in Paris in 1909, he was received at the School of Fine Arts and frequented Russian artists living in Paris. He follows the teaching of the master engraver Paul Bornet who introduces him to xylography and chooses against the current engravers of his time, wood engraving over and over with a Japanese knife. This allows him to immediately affirm his personal style recognizable among all.

« One of the most important wood engravers of the twentieth century. »
G. Dugnat et P. Sanchez, Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers

In Montparnasse, he frequents many artists such as Picabia, Mayakovsky, Ravel, Pierre Mac Orlan, Éric Satie, Blaise Cendrars, Soutine, Modigliani and André Salmon, as well as Henri Matisse’s studio in Issy-les-Moulineaux. Friends with Pierre Kropotkin, Lébéde is close to the Russian libertarian movement during the years 1920-1930.

Lebedeff illustrated hundreds of works, including the famous Eglogues (Paris, 1942) and The Centaur. He participated in the work of his friend Paul Coban and also teaches him engraving, signing some works of their two names.

Vladimir Lebedev

Saint Petersburg : 26 May 1891  – 21 November 1967

Bernard Lefebvre

Lefebvre Bernard dit Ellebé (1906 – 1992).

Né à Rouen, le 27 mars 1906, mort à Rouen le 30 novembre 1992. Collaborateur à l’hebdomadaire L’Illustration de 1927 à 1940, il rejoint la France Libre en 1941 et devient, à partir de 1944, chef du service photographique du Commissariat aux colonies du gouvernement provisoire de la République. A la Libération, il devient directeur des services photographiques du quotidien régional Paris‐Normandie. En 1949, il ouvre, avec son épouse, Photo Ellebé, studio professionnel situé sur la place Beauvoisine.

Fernand Léger

(né le 4 février 1881, à Argentan – Orne et mort le 17 août 1955, à Gif-sur-Yvette – Essonne)

André Lhote

(né à Bordeaux le 5 juillet 1885 et mort à Paris le 25 janvier 1962)

Donald Shaw Maclaughlan

(1876 – 1938)

Born in Charlottetown, Prince Edward Island, Canada, Donald Shaw MacLaughlan moved with his family to Boston and acquired his early knowledge of printers and printmaking at the Boston Public Library. He travelled to Europe, enrolled in the Ecole des Beaux Arts in Paris, and pursued further studies with Jean Leon Gerome and Jean Paul Laurens. His first etchings date from 1899, He became acquainted with James NcNeill Whistler and other artists who created etchings and spent time studying the etchings of Rembrandt van Rijn and other old masters in the collection of the Bibliothèque Nationale. Both Rembrandt and Whistler would have major influences on his art. San Francisco’s Panama-Pacific International Exposition showed seven of his prints and awarded him a gold medal. MacLaughlan also won medals in expositions in Buffalo, Leipzig and Rome. He was represented by the Albert Roullier Art Galleries in Chicago, which mounted several exhibitions of his work. London’s Fine Art Society organized an exhibition of some two hundred of his works in 1926.

In 1931 he created a set of twelve etched views of Chicago, and the following year won a prize at the annual exhibition of the Society of Etchers in New York City. During his career he created some three hundred prints. In 1935 he was elected an associate member of the National Academy of Design, New York City, and was elected a full member in 1938, the of his death at Marrakesh, Morocco.

Gérard Malanga

(Né à New York le 20 mars 1943)

Poète, danseur, réalisateur et photographe.

Man Ray

(né le 27 août 1890 à Philadelphie (États-Unis), et mort le 18 novembre 1976 à Paris)

Jean-Claude MARQUETTE

Né en 1946, membre du groupe GAIV (Groupe Art et Informatique de Vincennes), il est l’un des pionniers de l’art digital français.

André Masson

(Né le 4 janvier 1896 à Balagny-sur-Thérain (Oise), et mort le 28 octobre 1987 à Paris)

 

Henri Matisse

(né le 31 décembre 1869 au Cateau-Cambrésis, et mort, le 3 novembre 1954, à Nice)

Aldophe Menjou

Jacques Monory

(né le 25 juin 19241, à Paris)

Philippe Morisson

(né à Deauville en 1924 et  mort à Paris le 28 décembre 1994)

Philippe Morisson peint de façon figurative de 1940 à 1945 figuratif. Puis après une courte période d’abstraction lyrique, il s’orienter vers la géométrie en 1947. Il expose au Salon des Surindépendants dans les années 1950, et se rapproche du groupe de la  Galerie Denise René  où il expose en 1961 avec Geneviève Claisse et Hugo Demarco.

Musidora

(née dans le 5e arrondissement de Paris le 23 février 1889 et morte dans le 14e arrondissement de Paris le 7 décembre 1957)

Jules Pascin

(né le 31 mars 1885 à Vidin (Bulgarie), et mort le 2 juin 1930 à Paris

Pablo Picasso

(Malaga – Espagne, le 25 octobre 1881 – Mougins – Alpes-Maritimes / France, le 8 avril 1973)

James Pichette

Frère du poète Henri Pichette, James Pichette (1920-1996) expose pour le première fois au salon des Surindépendants en 1947 puis Salon des réalités nouvelles en 1950. Proche de Huguette Arthur Bertrand, il défend l’abstraction lyrique au Salon d’octobre 1952-53.

 » Une curieuse fête de l’esprit s’organise en chaque œuvre de James Pichette – mais sans avoir l’air d’y toucher il nous suggère en outre quelques-uns des milles et un secrets de la peinture, courtoisement dissimulés sous les tours et les détours d’un moderne moine calligraphe. »

(Charles Estienne, 1951)

Paul Rebeyrolle

(né le 3 novembre 1926 à Eymoutiers – Haute-Vienne,  mort le 7 février 2005 à Boudreville – Côte-d’Or)

Félix Regamey

(Paris : 7 août 1844 ; Juan-les-Pins : 5 mai 1907)

Caricaturiste dans le Journal amusant, Le Boulevard, L’Indépendance parisienne, La Vie parisienne, Les Faits-Divers illustrés, Félix Regamey fonde en septembre 1870, le Salut Public. Militant sous la Commune de Paris et doit s’exiler plusieurs années à Londres après l’échec de l’insurrection.
Ami de Rimbaud et Verlaine, il les aide financièrement lorsqu’ils arrivent en Angleterre en 1872.

Il part ensuite aux États-Unis et collabore au Graphic et au Harper’s Weekly. En 1876, à Philadelphie, durant l’Exposition universelle, il retrouve Émile Guimet qu’il avait rencontré à Londres quatre ans plus tôt. Tous deux entament alors un long périple qui va les conduire au Japon, en Chine, en Asie du Sud-Est puis en Inde avant de retrouver l’Europe.
Les aquarelles et les dessins presque ethnographiques de Régamey sont présentés à l’Exposition universelle de 1878 et publiés la même année dans les Promenades japonaises de Guimet.

En 1881, il est nommé inspecteur de dessin des écoles de la Ville de Paris.

Références  : Bernard Desmars , Félix Regamey, janvier 2018  sur http://www.charlesfourier.fr

Auguste Rodin

(Paris : 12 novembre 1840 ; Meudon : 17 novembre 1917)

 

Edmond Adolphe Rudaux

(10 février 1840, Verdun – Juillet 1908, Donville-les-Bains)

Jospeh Sima

(né à Jaroměř, région de Hradec Králové, le 18 mars 1891 et mort à Paris le 24 juillet 1971)

Henri de Sta

Henri de Sta, de son vrai nom Henri de Saint-Alary, est un dessinateur et illustrateur français né à Versailles en 1846, décédé en 1920. Il a réalisé de nombreux dessins humoristiques pour la presse notamment pour Le Chat Noir (à partir de 1892), Mame, Le Paris Bouffon (1885), Le Rire (1897) et Le Charivari (1900). Il a également illustré des œuvres destinées à la jeunesse : Les Contes Moraux et Merveilleux, La Semaine de Suzette et Le Petit Journal Illustré de la Jeunesse.

Léopold Survage

(né à Moscou le 31 juillet 1879 et mort à Paris 31 octobre 1968)

Pierre Tal Coat

Pierre Tal Coat (né Pierre Jacob : 12 décembre 1905 – Clohars-Carnoët ; 12 juin 1985 – Saint-Pierre-de-Bailleul)

Né en 1905 à Clohars-Carnoët, à dix kilomètres de Quimperlé (Finistère), Pierre Jacob de son vrai nom, perd  son père en 1915 qui meurt sur le front d’Argonne. et obtient une bourse de pupille de la Nation qui lui permet d’entrer à l’école primaire supérieure de Quimperlé. Mouleur et peintre céramiste à la faïencerie Henriot de Quimper en 1924, il dessine au crayon, au fusain ou au pastel, des personnages et des paysages de la campagne bretonne.

Arrivé à Paris en 1924, Tal Coat se lie avec le peintre Émile Compard, rencontre Auguste Fabre et Henri Bénézit, et expose dans leur galerie sous le pseudonyme de Tal Coat (« Front de bois » en breton). À partir de 1930, il se lie avec Francis Gruber, André Marchand, Gertrude Stein, Francis Picabia, Ernest Hemingway, Alberto Giacometti, Balthus, Antonin Artaud, Tristan Tzara et Paul-Émile Victor. À partir de 1932, il devient membre du groupe Forces nouvelles. En 1940, Tal Coat gagne Aix-en-Provence avec André Marchand, ville où se sont réfugiés de nombreux artistes, notamment Charles-Albert Cingria et Blaise Cendrars. Il participe en 1941 à l’exposition des Vingt jeunes peintres de tradition française organisée par Jean Bazaine et expose à la galerie de France en 1943. Rentré à Paris en 1945, il participe au premier Salon de Mai, puis retourne l’année suivante à Aix,  où il fait la connaissance d’André Masson, du philosophe Henri Maldiney et du poète André du Bouchet qui demeureront ses intimes. Sa peinture devient alors non figurative.

Avec les artistes de la nouvelle École de Paris, la galerie de France (de 1943 à 1965), les galeries Maeght (de 1954 à 1974), Benador (de 1970 à 1980) puis la galerie H-M, la galerie Clivages et la galerie Berthet-Aittouarès exposent ensuite régulièrement sa peinture. En 1956, seize de ses peintures sont présentées à la Biennale de Venise avec celles de Jacques Villon et de Bernard Buffet. Aux côtés de Joan Miró et de Raoul Ubac, il collabore en 1963 aux réalisations de la Fondation Maeght avec une mosaïque pour le mur d’entrée et reçoit en 1968 le grand prix national des arts. Une exposition rétrospective lui est consacrée au Grand Palais à Paris en 1976.

Antoni Tàpies

(né le 12 décembre 1923 à Barcelone où il meurt le 6 février 2012)

Hervé Télémaque

(né le 5 novembre 1937 à Port-au-Prince)

Joaquín Torres García

(né le 28 juillet 1874 à Montevideo en Uruguay et décédé le 8 août 1949 à Montevideo)

Artiste uruguayen / catalan, peintre, sculpteur, romancier, écrivain, enseignant

Henri Toulouse-Lautrec

Pham Ngoc Tuan

Artiste vietnamien né en 1939.

 

Raoul Ubac

(Malmedy ou à Cologne : 31 août 1910 ; 24 mars 1985 Dieudonne – France)

Élevé en  Allemagne (Prusse), entre Cologne et Francfort, puis, à partir de 1919, en Belgique Raoul Ubac étudies à l’Athénée royal de Malmedy jusqu’en 1928.  Après la lecture du premier Manifeste du surréalisme, il s’inscrit à la Sorbonne à Paris et noue des contacts avec les surréalistes dont  Camille Bryen et d’Otto Freundlich et rencontre André Breton. Ses premières photographies d’assemblages de pierres trouvées  sur l’île de Hvar l’incitent  à s’inscrire à l’École d’arts appliqués de Cologne. Raoul Ubac expérimente alors de nouvelles techniques photographique : les procédés de brûlage, de solarisation et de pétrification, qu’il expose à Paris en 1933.

Sous le nom de Raoul Michelet et en collaboration avec Camille Bryen,  il publie un deux recueils de poèmes et de photographies, Actuation poétique et L’Aventure des Objets .
Il côtoie Hans Bellmer, Victor Brauner, Benjamin Péret et Raoul Hausmann, participe l’Exposition internationale du Surréalisme, à La Louvière, première exposition surréaliste en Belgique, organisée par le groupe Rupture.

À partir de 1936, il travaille sur une série de photographies autour du Combat de Penthésilée, qu’il publiera en partie dans le revue Minotaure, en combinant de multiples procédés : association des négatifs, surimpression et solarisation, superposition ou décalage du négatif et du positif, qui donne une impression de pétrification, soufflage, fumage, brûlage ou voilage du cliché.  Ubac apprend la gravure dans l’atelier de Stanley Hayter et expose quelques photographie en janvier 1938 à l’Exposition internationale du surréalisme.

En 1940, Raoul Ubac fonde avec René Magritte la revue L’Invention collective qui ne connaîtra que deux numéros et auxquels participeoriont  André Breton, Achille Chavée, Fernand Dumont, Marcel Lefrancq, autre photographe surréaliste, Irène Hamoir, Marcel Lecomte, Marcel Mariën et Louis Scutenaire. Au début de la Seconde Guerre mondiale, Raoul et Agui Ubac, en compagnie des Magritte, de Scutenaire et d’Irène Hamoir, quittent Bruxelles, puis Paris pour Carcassonne (Aude) où demeure Joë Bousquet. En 1941, Raoul Ubac revient à Bruxelles où il présente une exposition de photographies dont le catalogue est préfacé par Paul Nougé. La galerie est fermée sur ordre des occupants. Ayant fait la connaissance du poète Jean Lescure qui la dirige, il collabore activement à la revue Messages, où il rencontre Paul Éluard, Raymond Queneau et André Frénaud, qui ne cessera d’accompagner amicalement son travail. En 1942, il illustre Exercice de la pureté de Jean Lescure.

Ce dernier lui présente Jean Bazaine et d’autres peintre non figuratifs. À partir de 1951, la galerie Aimé Maeght expose régulièrement ses gouaches et ses toiles, préfacées par André Frénaud, Georges Limbour, Claude Esteban ou Yves Bonnefoy. Ubac ne cesse simultanément de graver des ardoises qui deviennent à mesure des reliefs et dont il introduit en 1955 des fragments dans ses tableaux. Il acquiert en 1958 une maison à Dieudonne où il installe deux ateliers, pour la peinture et la sculpture.

Dans les années 1960, ses peintures, sur panneaux recouverts de résines amalgamées, réalisent une synthèse et un épanouissement, autour des thèmes des Labours et des Sillons, des Corps et des Torses, du double travail qu’il poursuivra jusqu’à sa mort. En 1968 une rétrospective de son œuvre est présentée à Bruxelles et au Musée d’art moderne de Paris. Ubac reçoit en 1973 le grand prix national des arts.

 

Thierry Vernet

(Le Grand-Saconnex, 12 février 1927 – Paris, 1er octobre 1993)

Maria Helena Vieira da silva

(née à Lisbonne le 13 juin 1908 et morte à Paris le 6 mars 1992)

Jacques Villon

(Damville – Eure : 31 juillet 1875 ; Puteaux – Hauts-de-Seine : 9 juin 1963)

Né Gaston Émile Duchamp, deuxième fils d’Eugène et de Lucie Duchamp, le futur Jacques Villon est le frère aîné du sculpteur Raymond Duchamp-Villon (1876-1918), du peintre, sculpteur et auteur Marcel Duchamp (1887-1968) et de l’artiste-peintre Suzanne Duchamp (1889-1963).

En 1904-1905, il étudie à l’Académie Julian, À partir de 1911, il organise chez lui, avec ses frères Raymond et Marcel, un groupe de discussion qui se rencontre régulièrement avec des artistes et des critiques comme Francis Picabia, Robert Delaunay, Fernand Léger et d’autres auxquels on donnera bientôt le nom de groupe de Puteaux.

En 1913, Villon, sept grandes pointes sèches, chefs-d’œuvre cubistes, où les formes se cassent en plans pyramidaux obscurcis. Il expose à l’Armory Show de New York, sa notoriété grandit tellement que dès les années 1930, il est mieux connu aux États-Unis qu’en Europe.

La galerie Louis Carré organise une exposition de son œuvre à Paris, en 1944. En 1950, il reçoit le prix Carnegie et, en 1954, il est nommé commandeur de la Légion d’honneur. L’année suivante, il reçoit la commande des vitraux de la cathédrale à Metz, La France. En 1956, le grand prix de la Biennale de Venise lui est décerné à l’exposition.

 

Herman Armour Webster

Born in 1878 in New York City, Herman Armour Webster went on to The Sheffield Scientific School at Yale University and upon graduation he sailed to Europe to attend the 1900 Universal Exposition in Paris. He reached Chicago in, 1901, and revealed to his family a desire to pursue the artist’s life in Paris. After spending two years unsuccessfully pursuing a business career in America, Webster enrolled at the Académie Julian, where he joined the studio of Jean-Paul Laurens, the Paris academician and professor at the École nationale supérieure des Beaux-Arts. He met Donald Shaw MacLaughlan and became interested in etching after viewing a portfolio of prints made by the visionary French artist Charles Méryon. Webster also took lessons from French printmaker Eugène Béjot.

His reputation grew quickly with the issuance of additional prints, and in 1907 Webster was made an Associate of the Royal Society of Painter-Etchers in London, as well as a member of both the Société Nationale des Beaux-Arts and the National Academy of Design. In 1915 Webster was awarded the Gold Medal at The Panama-Pacific Exposition in San Francisco.

Herman Armour Webster died in Paris in 1970. In 1974 his personal papers, reference articles, correspondence, and estate prints were placed in the Archives of American Art, at the Smithsonian Institution, as part of a commemorative exhibition of his work held by the National Collection of Fine Arts, and are preserved as an archive.

Yvaral

(né le 25 janvier 1934 à Paris)

Fils de Victor Vasarely, Yvaral est le cofondateur du groupe de recherche d’art visuel (GRAV) en 1960 avec Horacio Garcia Rossi, François Morellet, Francisco Sobrino, Joel Stein et Julio Le Parc.