Rare album d’estampes japonaises

Bois gravé,1878235 x 360 mm

12 000 

1 en stock

Description

Superbe album de 18 séries d'estampes japonaises originales comprenant un hexaptyque, 15 triptyques et 2 diptyques, soit 55 feuillets d'estampes.
Couvrant une période allant de 1878 à 1887, ces estampes témoignent de l'évolution de l'ukiyo-e dans le Japon "moderne", marqué par la Restauration de Meiji.

Le recueil comprend des oeuvres de Ogata Gekko (un triptique), Tsukioka Yoshitoshi  (3 séries), Toyohara Kunichika (11 séries), Utagawa Kunisada III, Sekisai Kuniyasu, Hashimoto Chikanobu (1 série chacun).

Le triptyque représentrant l'assassinat du Prince Moriyoshi est la deuxième estampe réalisée par Ogata Gekko, elle est particulièrement rare.

Les thématiques des trois oeuvres de Tsukioka Yoshitoshi et la "modernité" du style utilisé par l'artiste en font des estampes très recherchées.

Les 11 séries réalisées par Toyohara Kunichika, portraits d'acteurs de kabuki (yakusha-e), dépeignent un renouvellement de ce mode théâtral sous la Restauration de Meiji :  le kabuki se détache en effet progressivement de son image populaire, si bien qu'en 1887 (date à laquelle sont publiées la plupart des estampes de l'album), l'Empereur assiste pour la première fois à une performance de kabuki.

Ces albums composites étaient établis à la demande suivant les goûts de l'acheteur, généralement des visiteurs étrangers ; le montage en leporello de celui-ci fut vraisemblablement fait en 1887, en prenant soin de conserver la plupart des marges.

English version on demand.

Détail des 18 estampes : 

 - OGATA GEKKO - 尾形月耕
Fuchibeno Yoshihiro Moriyoshi Shinnou o osouzu - 淵辺義博護良親王を襲う図
Publié par Shiba Sadashiro (芝定四郎) en Meiji 16 - 1883. 699 x 301 mm.
Triptyque historique de Ogata Gekko, signé "尾形月耕画". Intitulé Fuchibeno Yoshihiro Moriyoshi Shinnou o osouzu (淵辺義博護良親王を襲う図), il représente l'assassinat du Prince Moriyoshi par Yoshihiro de Fuchibe. Selon la chronique du Taiheiki (太平記), Moriyoshi aurait tenté de se défendre en mordant la lame de son agresseur.  Réalisée en Meiji 16, soit 1883 (il pourrait exister un tirage de Meiji 15), il s'agirait de la deuxième estampe produite par Ogata Gekko.
Un exemplaire conservé à l'université de Keio (Tokyo), un au Royal Museum of Ontario.

 - TSUKIOKA YOSHITOSHI - 月岡 芳年
Nichiren shounin isawagawa nite ukai no meikan o saido shitamafu no zu 日蓮上人石和河にて鵜飼の迷魂を済度したまふ図
Publié par Akiyama Takeemon (秋山武右衛門) Meiji 18 (1885). 699 x 361 mm.
Triptyque réalisé par Tsukioka Yoshitoshi, signé "芳年". Le prêtre bouddhiste Nichiren prie pour le repos de l'âme du pêcheur au cormoran Kansaku, dont le spectre hante la rivière Isawa.
Un exemplaire conservé au Philadelphia Museum of Art.  Exposition Beauty and Violence, 49.

 - TSUKIOKA YOSHITOSHI - 月岡 芳年
Taira no Kiyomori hi no yamai no zu - 平清盛炎焼病之図
Publié par Akiyama Buemon (秋山武右衛門) en 1883 (Meiji 16). 700 x 361 mm.
Triptyque de Tsukioka Yoshitosi, signé "芳年筆". Le commandant militaire Taira no Kiyomori, torturé par la fièvre, se croit assailli par une horde de démons. Un exemplaire conservé au Museum of Fine Arts de Boston. Keyes 457

 - TSUKIOKA YOSHITOSHI - 月岡 芳年
Mongaku shônin aragyô no zu 文覚上人荒行之図
Publié en Meiji 18 (1885). 229 x 712 mm.
Diptyque vertical (kakemono-e) réalisé par Tsukioka Yoshitoshi, signé "應需芳年画". Intitulée Mongaku shônin aragyô no zu
(文覚上人荒行之図), l'estampe représente le samurai Mongaku faisant pénitence à la cascade de Nashi. Publié pour la première fois en 1885 par Matsui Eikichi (松井栄吉), le diptyque reparut en 1887 sous le nom de Hasegawa Tsuenjiro. Il s'agit ici bien du premier tirage sur papier hôshô avec le titre imprimé horizontalement en pied et les détails gaufrés.
Un exemplaire au Minneapolis Institute of Art. Exposition Beauty and Violence,  68.)

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Koukokujiman hatsuhinode chinami no unkaku - 皇国自漫 初陽因雲閣
Publié par 福田保 (Fukuda Tamotsu) en Meiji 17 (1884).  705 x 713 mm.
Hexaptyque yakusha-e par Toyohara Kunichika, signé "豊原国周聿". La pièce, Koukokujiman hatsuhinode chinami no unkaku (皇国自漫 初陽因雲閣), marque la rencontre des acteurs les plus populaires de l'époque incarnant chacun le personnage qui l'a rendu célèbre : Onoe Kikugorou (尾上 菊五郎) apparaît ainsi sous les traits du "mystérieux chat de Saga", Nakamura Shikan (中村芝翫) sous ceux du bandit Ichikawa Goemon confrontant Mashiba Hisayoshi, nom sous lequel était désigné, au théâtre, Toyotomi Hideoyoshi, joué par Suketakaya Takasuke (助高屋高助)...

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Jiraiya gouketsu monogatari - 児雷也豪傑譚
702 x 360 mm.
Triptyque de Toyohara Kunichika (signé "豊原国周聿"). Interprétation au théâtre kabuki de Jiraiya gouketsu monogatari (児雷也豪傑譚) : le sorcier du crapaud Jiraya et la  sorcière de la limace Tsunade confrontent Orochimaru, possédé par un serpent démoniaque ; ces personnages inspireront des héros du même nom dans le manga Naruto.
Avec les acteurs Ichikawa Sandanji (市川左團次), Nakamura Fukusuke (中村福助) et Ichikawa Danjuro (市川團十郎). Publié par Maki Kinnosuke (牧金之助). Tirage non-daté, portant uniquement les caractères "明治" (Meiji) et "二月" (2e mois) dans le cartouche de la date ; il semble s'agir du premier tirage de 1883, la disposition typographique du cartouche étant similaire. La typographie du tirage de 1891 est différente. Exemplaires conservés au Tokyo Metropolitan Library (tirage de 1891) et à Waseda University.

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Shibaraku -
Meiji 11 (1878). 650 x 350 mm.
Diptyque réalisé par Toyohara Kunichika signé "應需豊原国周聿", représentant l'acteur de kabuki Ichikawa Danjurou (市川團十郎)
dans la pièce Shibaraku (暫).

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Kiwametsuki banzui choubee - 極付幡随長兵衛
Meiji 20 (1887). 701 x 360 mm. Quelques taches.
Triptyque yakusha-e réalisé par Toyohara Kunichika, signé "豊原国周聿", pour la pièce de kabuki Kiwametsuki banzui choubee (極付幡随長兵衛) . Avec les acteurs Ichikawa Danjurou (市川團十郎) et Ichikawa Sadanji (市川左團治). Kunichika donnera une autre version de la même scène.)

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
[Triptyque Yakusha-e]
Publié en Meiji 18 (1885). 703 x 362 mm. Taches.
Triptyque de Toyohara Kunichika (signé "豊原国周聿")
Avec les acteurs Nakamura Fukusuke (中村福助), Ichikawa Sandanji (市川左團次), Ichikawa Danjurou (市川團十郎), et Nakamura Soujurou (中村宗十郎).

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Kibbi Daijin shinamonogatari - 吉備大臣支那譚
Meiji 20 (1887). 702 x 361 mm.
Triptyque yakusha-e réalisé par Toyohara Kunichika, signé "豊原国周聿". Pour la pièce Kibbi Daijin shinamonogatari (吉備大臣支那譚) : le ministre japonais Kibi no Makibi, en voyage diplomatique dans la Chine des Tang, est mis à l'épreuve par les nobles et lettrés du palais impérial : assisté par un araignée-démon, il parvient à déchiffrer un complexe poème.
Avec les acteurs Nakamura Shikan (中村芝翫 ), Sawamura Gennosuke (澤村源之助), Ichikawa Danjurou (市川團十郎), et Ichikawa Sadanji (市川左團治).

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Karukaya doushin tsukushi no iezudo - 苅萱桑門筑紫𨏍
Imprimé par Matsuki Heikichi (松木平吉) en Meiji 20, ou 1887.703 x 357 mm.
Triptyque yakusha-e par Toyohara Kunichika (signé "豊原国周聿") pour la pièce Karukaya doushin tsukushi no iezudo (苅萱桑門筑紫𨏍).  Avec les acteurs Takasagaya Fukusuke (高砂屋福助), Nakamura Shikan (中村芝翫),Narikomaya Fukusuke (成駒屋福助), Kataoka Gadou(片岡我童)et Iwai Matsunosuke (岩井松之助).

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Chuujou-Hime - 中将姫
Publié en Meiji 20 (1887) par l'Imprimerie Impériale (皇部出版社印). 701 x 360 mm. Quelques taches.
Triptyque réalisé par Toyohara Kunichika, signé "豊原国周聿".
Avec les acteurs Kataoka Gadou (片岡我童), Iwai Matsunosuke (岩井松之助) et Nakamura Fukusuke (中村福助) dans le rôle de la princesse Chuujou (中将姫), personnage historique et folklorique parfois désigné comme la "Cendrillon japonaise".

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
[Triptyque Yakusha-e]
Publié par Kodama Yakichi (児王弥吉) en Meiji 20 (1887). 703 x 360 mm.
Triptyque yakusha-e réalisé par Toyohara Kunichika, signé "豊原国周聿". Avec les acteurs Ichikawa Gonjurou (市川権十郎), Ichikawa Kodanji (市川小團次), Ichikawa Sandanji (市川左團治), et Nakamura Shikan (中村芝翫).

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
[Triptyque Yakusha-e]
Meiji 20 (1887). 701 x 361 mm.

Triptyque yakusha-e réalisé par Toyohara Kunichika, signé "豊原国周聿". Avec les acteurs Ichikawa Gonjurou (市川権十郎), Nakamura Shikan (中村芝翫) et Ichikawa Sandanji (市川左團次).

 - TOYOHARA KUNICHIKA - 豊原 国周
Kabukijuu hachiban no uchi Kanjinchou - 児雷也豪傑譚
Publié en Meiji 20 (1887). 703 x 361 mm. Quelques taches.
Triptyque yakusha-e  réalisé par Toyohara Kunichika (signé "豊原国周聿"). Pour la pièce Kabukijuu hachiban no uchi Kanjinchou (歌舞伎十八番の内 勧進帳) ; lorsque l'Empereur assiste pour la première fois à une performance de kabuki en avril 1887, cette pièce figure au programme. Avec les acteurs Ichikawa Sandanji (市川左團次), Ichikawa Danjurou (市川團十郎) et Nakamura Fukusuke (中村福助). Exemplaires de l'estampe de gauche conservés à l'université Waseda et à la Tokyo Metropolitan Library.

 - UTAGAWA KUNISADA III - 歌川国貞
Oosakazukishusen no tsuwamono - 大杯觴酒戦強者
Publié en Meiji 20 (1887) par l'Imprimerie Impériale (皇部出版社印). 701 x 360 mm. Quelques taches.
Triptyque réalisé par Utagawa Kunisada III (signé Baido Kunimasa "梅堂国政") pour la pièce Oosakazukishusen no tsuwamono (大杯觴酒戦強者). Avec les acteurs Ichikawa Gonjurou (市川権十郎),  Ichikawa Sandanji (市川左團次) et Nakamura Shikan (中村芝翫).
Utagawa Kunisada III (1848-1920) - 歌川国貞 Élève de Utagawa Kunisada I puis de son successeur Utagawa Kunisada II,
Utagawa Kunisada III se spécialisa dans les portraits d'acteurs de kabuki.

 - SEKISAI KUNIYASU - 石斎国保
Genpei seisuiki - 源平盛衰記
Meiji 18 (1885). 701 x 361 mm.
Triptyque réalisé par Sekisai Kuniyasu, signé "應需治明" (Ouju haruaki), représentant un extrait du Genpei seisuiki (源平盛衰記) chronique militaire portant sur la guerre de Genpei. On ne dispose que de peu d’information sur Sekisai Kuniyasu. Il aurait porté le nom
de Seo Fumijiro et été actif dans les années 1880 à 1890.

 - HASHIMOTO CHIKANOBU - 橋本 周延
Youfuku saihou no zu - 女官洋服裁縫之図
Publié par Hayashi Kichizo (林吉蔵) en Meiji 20, soit 1887. 698 x 361 mm.
Triptyque de Hashimoto Chikanobu, signé "橋本周延画", intitulé Jokan Youfuku saihou no zu (女官洋服裁縫之図), ou "Femmes de la cour cousant des vêtements occidentaux"; au centre, on aperçoit l'impératrice douairère Shouken et le jeune prince dans son uniforme scolaire. Il en existe des exemplaires sur fond jaune.

 

Biographie succincte des principaux artistes :

 OGATA GEKKO - 棺近墩뫈 : Contrairement à l’écrasante majorité des grands noms de l’ukiyo-e, Ogata Gekko ([Edo] Tokyo : 1859 - Tokyo : 1920) n’effectue pas d’apprentissage auprès d’un maître : ayant, à l’âge de 16 ans, perdu son père et l’entreprise familiale, Gekko se met à vendre ses dessins et peintures.  Découvert par l’artiste Kanabe Kyosai, puis adopté par la famille Ogawa, il expose en 1885 au salon de l’association Kanga Kai. Décoré à Chicago (1893), Paris (1900) puis Londres (1910), Gekko est l’un des premiers artistes japonais reconnus à un niveau international. Autodidacte ayant accédé à l’ukiyo-e par la peinture, Gekko innove tout en repoussant les limites techniques des imprimeurs, insistant sur les effets de texture des pinceaux, refusant la séparation des couleurs d’ordinaire imposée par l’impression.

 

Tsukioka YOSHITOSHI - 墩岡 렐쾨 : Souvent décrit comme « le dernier maître de l’ukiyo-e », Tsukioka Yoshitoshi  (Edo [Tokyo] : 1839 - Tokyo : 1892) étudie 11 ans durant auprès d’Utagawa Kuniyoshi. Il n’est cependant pas nommé comme successeur et, à la mort de son maître en 1861,
se retrouve désoeuvré.  Mais dès 1866, ses peintures « sanglantes », mettant en scènes meurtres et champs de bataille, répondent au zeitgeist des bouleversements violents de la transition vers l’ère Meiji, et lui attirent la notoriété.  Malgré ces succès, Yoshitoshi est confronté à plusieurs phases d’improductivité, marquées par la pauvreté et la maladie mentale.  Les estampes de Yoshitoshi recueillies dans cet album appartiennent à une seconde période relativement « apaisée » de son oeuvre, au cours de laquelle l’émotion des personnages prend le pas sur la représentation graphique de la violence.
De plus en plus conscient de la nature anachronique de son travail dans un Japon où se répandent les procédés de reproduction photomécaniques, Yohsitoshi se consacre principalement aux sujets historiques. Ryunosuke Akutagawa écrira à son sujet : « Do we not feel in Yoshitoshi the atmosphere of the city in those days, no longer old Edo, not yet the new Tokyo? » Une rétrospective intitulée Beauty and Violence lui fut consacrée en 1992 au Musée Van Gogh d’Amsterdam.

Toyohara KUNICHIKA - 豊原 国周 : Toyohara Kunichika (Edo [Tokyo] : 1835 - Tokyo : 1900) appose pour la première fois sa signature à une estampe en 1854. Son nom d’artiste, « Kunichika », mêle celui de ses deux maîtres : Toyohara Ichiôsai Chikanobu et Utagawa Kunisada.  Habitué du quartier des plaisirs et des coulisses du théâtre kabuki, Kunichika se spécialise dans les portraits d’acteurs (yakusha-e) et de belles femmes (bijin-ga). De son vivant, son oeuvre connaît un grand succès. En 1867, le gouvernement lui commande 10 estampes pour l’Exposition Universelle de Paris. Formé au cours des dernières années de l’ère Edo, Kunichika préserve, sous la Restauration de Meiji, le style et les techniques de l’époque précédente. Il s’adapte toutefois aux transformations apportées par l’ouverture du Japon, utilisant notamment l’alkaline nouvellement importée d’Allemagne.

Hashimoto CHIKANOBU - 橋本 周延 :  Également connu sous le nom « Toyohara Chikanobbu », Hashimoto Chikanobu (Edo [Tokyo] : 1838 - Tokyo 1912) s’engage dans l’armée du Shogunat Tokugawa. Lorsque celle-ci est décimée par les forces impériales lors de la bataille d’Ueno,
Hashimoto Chikanobu est livré aux autorités.  En 1875, il monte à Tokyo pour y étudier l’ukiyo-e. Élève de Kuniyoshi, puis de Kunisada et enfin de Toyohara Kunichaka, Toyohara Chikanobu est surtout apprécié pour ses estampes bijin-ga (beautés féminines) documentant les changements des modes et coiffures au cours de l’ère Meiji. Mais il produisit également un grand nombre d’estampes « d’actualité » illustrant les batailles de la guerre sino-japonaise.

1878 - 1887.235 x 360 mm,

Album leporello, 18 séries d’estampes, plats recouverts de tissu imprimé. Coins frottés.