Librairie

La Légende de l’aigle

1893125 x 197 mm

ÉDITION ORIGINALE
Précieux envoi autographe signé à Octave Mirbeau
longue note satirique signée

1 200 

Description

ÉDITION ORIGINALE. 
Tirage courant après 13 ex. sur hollande.

Précieux envoi autographe signé à Octave Mirbeau :

" à Octave Mirbeau
son admirateur
Georges d'Esparbès"

L'exemplaire, relié pour Mirbeau en pleine percaline signée Paul Vié,  comporte cette longue note satirique autographe signée par l'auteur du Jardin des supplices :

"Note biographique
On avait pu croire, un instant, avec La Légende de L'Aigle, que Georges d'Esparbès deviendrait, peut-être, un jour, un conteur épique, intéressant. Mais, depuis, il n'a fait que remanier avec  ennui les mêmes histoires. 
C'est un esprit borné, brut, envieux, timide, paysan, tout à fait inintelligent.
Un jour que, dans une réunion d'amis, on parlait de raffinements de l'amour, d'Esparbès scandalisé s'écria, d'une voix et avec des gestes colères :
- Vous êtes tous des salauds ! … Eh bien moi, je baise ma femme, tous les jours, debout contre le mur… en honnête homme…oui…tas de cochons, nom de Dieu !
c'était d'ailleurs sa façon habituelle de parler. 
O.M. "

Mirbeau ne portait visiblement pas d'Esparbès dans son coeur. Il  l'invoquera pour se railler de l'armée belge dans La 628-E8 : "Le plus comique — tout est toujours le plus comique en Belgique —, c’est l’armée belge. L’armée belge est bien plus terrible à voir que l’armée allemande, non par le nombre de ses soldats, mais par la chamarrure de ses uniformes. Elle rappelle — en beaucoup plus hippodrome — les plus splendides moments de l’Épopée napoléonienne. Il ne lui manque que ses guerres et ses victoires, et Monsieur d’Esparbès, pour les chanter. Les Belges n’ont pas osé aller jusque-là…"

 

Paris,Dentu,1893.In-12, Relié,125 x 197 mm,341 pp..

Reliure de l’époque signée Paul Vie. Pleine percaline bleue, pièce de titre, titre doré, deux plats de couvertures conservés, signé.
Trace claire sur un plat.

Bio

Georges d Esparbès

Thomas Auguste Esparbès

(Valence d’Agen : 24 mars 1863 – Saint-Germain-en-Laye : 25 juin 1944)

 

Octave Mirbeau

(Trévières : 16 février 1848 – Paris : 16 février 1917)