Librairie

Un talentueux peintre romantique oublié

Carnet de dessins daté de 1834 : Esquisses, Croquis ect…

Dessin,1834300 x 220 mm

CARNET  DE 35 DESSINS À LA MINE PLOMB effectués entre 15 mai 1834 et le 22 mai 1835.

1 700 

Vendu

Description

CARNET À L'ITALIENNE COMPOSÉ DE 35 DESSINS À LA MINE PLOMB effectués entre 15 mai 1834 et le 22 mai 1835.

Le carnet s'ouvre par le dessin de 4 quatre chérubins montrant la date de 1834 en chiffre romain suivi par un autoportrait signé de l'artiste attablé, pensif entouré de sujets d'inspiration, un ange, une colombe, des enfants, et au loin une statue de Napoléon. Aux pieds de Lacaze un carton de rangement porte le titre du carnet Esquisses Croquis &c. On trouve ensuite quelques célèbres thèmes romantiques, orientalisme,  soldats, Napoléon sur son cheval,  animaux (lion, chien, singes musiciens habillés), mendiants, paysages, scènes religieuses, marines… On note aussi la jeune fille arrangeant sa très longue chevelure devant un miroir et et deux personnages sur une petite barque accrochée à une énorme bouée d’amarrage.

THÉOPHILE LACAZE UN PEINTRE ROMANTIQUE OUBLIÉ

Né dans un famille de négociants en vin de Libourne (Gironde) le 15 juin 1799, Pierre Théophile Lacaze apprend la peinture en autodidacte et voit un premier tableau  accepté au Salon de 1824. Récompensé en 1827 à l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux, il adopte à partir de 1830 un style romantique particulièrement influencé par les œuvres de Delacroix.

En 1834, il participa à l’Exposition bordelaise au profit des pauvres en présentant sept œuvres très remarquées (six aquarelles et un dessin) : "Les délicieuses compositions de M. Lacaze ont vivement attiré le public. Une couleur chaude et vigoureuse, un dessin incorrect parfois mais toujours spirituel, une grande naïveté dans les poses, une composition sage, une entente parfaite des ombres et de la lumière classent M. Lacaze comme un des plus distingués."

En 1838, Lacaze reçoit deux médailles d'argent a l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux pour ses pastels et pour le tableau Richard et le docteur maure. Au Salon , Jésus bénissant les enfants, œuvre aux grandes dimensions qui reçoit la médaille de Bronze et est acquise par la Reine Marie-Amélie au cours de sa visite au Salon puis exposées dans ses appartements. Cette toile entré au Musée du Louvre et mise en dépôt à la chapelle de l’école militaire de Saint-Cyr, le 21 juin 1890, fut malheureusement détruite lors de la seconde guerre mondiale.

Primé au Salon de 1839,  Richard et le docteur Maure est alors  acquis par le Roi pour sa collection personnelle.

Le 17 août 1840, la Commission des monuments historiques de la Gironde nomme Lacaze comme membre correspondant à Libourne, au titre de peintre d’histoire. L'année suivante, il participe une nouvelle fois au à l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux et reçoit La médaille d’or pour ses peintures d’histoire.

Devenu un peintre reconnu, il reçoit dans son atelier de Libourne le Duc d'Orléans et le Duc et la Duchesse de Nemours.

Pierre Théophile Lacaze s'éteint le 5 septembre 1846.

Le musée de Libourne qui possède plusieurs de ses œuvres, organisa la première rétrospective de l'œuvre de Lacaze en 1963.

Émouvant document très bien conservé.

1834.A l'italienne, Relié,300 x 220 mm,35 feuillets.

Reliure de l’époque, demi-basane havane, papier vert dont la trame imite le long grain.

Bio

Théophile Lacaze

(1799 – 1846)

UN PEINTRE ROMANTIQUE OUBLIÉ

Né dans un famille de négociants en vin de Libourne (Gironde) le 15 juin 1799, Pierre Théophile Lacaze apprend la peinture en autodidacte et voit un premier tableau  accepté au Salon de 1824. Récompensé en 1827 à l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux, il adopte à partir de 1830 un style romantique particulièrement influencé par les œuvres de Delacroix.

En 1834, il participa à l’Exposition bordelaise au profit des pauvres en présentant sept œuvres très remarquées (six aquarelles et un dessin) : « Les délicieuses compositions de M. Lacaze ont vivement attiré le public. Une couleur chaude et vigoureuse, un dessin incorrect parfois mais toujours spirituel, une grande naïveté dans les poses, une composition sage, une entente parfaite des ombres et de la lumière classent M. Lacaze comme un des plus distingués. »

En 1838, Lacaze reçoit deux médailles d’argent a l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux pour ses pastels et pour le tableau Richard et le docteur maure. Au Salon , Jésus bénissant les enfants, œuvre aux grandes dimensions qui reçoit la médaille de Bronze et est acquise par la Reine Marie-Amélie au cours de sa visite au Salon puis exposées dans ses appartements. Cette toile entré au Musée du Louvre et mise en dépôt à la chapelle de l’école militaire de Saint-Cyr, le 21 juin 1890, fut malheureusement détruite lors de la seconde guerre mondiale.

Primé au Salon de 1839,  Richard et le docteur Maure est alors  acquis par le Roi pour sa collection personnelle.

Le 17 août 1840, la Commission des monuments historiques de la Gironde nomme Lacaze comme membre correspondant à Libourne, au titre de peintre d’histoire. L’année suivante, il participe une nouvelle fois au à l’exposition de la Société Philomathique de Bordeaux et reçoit La médaille d’or pour ses peintures d’histoire.

Devenu un peintre reconnu, il reçoit dans son atelier de Libourne le Duc d’Orléans et le Duc et la Duchesse de Nemours.

Pierre Théophile Lacaze s’éteint le 5 septembre 1846.

Le musée de Libourne qui possède plusieurs de ses œuvres, organisa la première rétrospective de l’œuvre de Lacaze en 1963.