Librairie

"A mon cher père M. Foucher V.H."

Le Roi s’amuse – Lucrèce Borgia – Marie Tudor – Angelo – Les Burgraves – Ruy Blas

1833130 x 210 mm

PRÉCIEUSE RÉUNION DES DRAMES DE VICTOR HUGO PROVENANT DE SA BELLE-FAMILLE ; LA FAMILLE FOUCHER QUE L’AUTEUR CONSIDÉRAIT COMME SA PROPRE FAMILLE.

Demandez plus d'informations

10 000 

1 en stock

Description

RÉUNION DE 6 TRAGEDIES DONT QUATRE ÉDITIONS ORIGINALES.

Les Burgraves comporte cet envoi autographe signé :

"A mon cher père M. Foucher V.H."

Ruy Blas comporte cet envoi autographe signé :

" A mon aimable et gracieuse sœur Mélanie V.H."

Les quatre volumes sont reliés à l'identique, trois d'entre eux comportent l'ex-libris de Victor Foucher, le frère d'Adèle Hugo, qui fut le compagnon de jeu de Victor Hugo dès l'école primaire.
Victor Hugo et Victor Foucher âgés de 17 ans créèrent, avec Eugène Hugo, une revue qui compta trois numéros, Le Conservateur littéraire.
Mélanie Foucher, épouse de Victor Foucher, belle-soeur de Victor Hugo, fut la marraine de Charles Hugo, second fils de la fratrie.

LES FOUCHER, LA SECONDE FAMILLE DE VICTOR HUGO
En 1796, Léopold Hugo, 26 ans, futur père de Victor, occupe le poste de capitaine rapporteur du conseil de guerre à l'Hôtel de Ville de Paris. Il se lie d'amitié avec le secrétaire greffier Pierre Foucher. Le 11 novembre 1797, Léopold Hugo épouse Sophie Trébuchet ; le 4 mai de l'année suivante, lors du mariage de Pierre Foucher, Léopold son témoin, aurait prononcer cette prophétie :
"Ayez une fille, j'aurai un garçon et nous les marierons ensemble, je bois à la santé de leur ménage".

Des garçons, Léopold en eut trois, Abel, Eugène et Victor Hugo, né le 26 février 1802. Le 1er juin de cette même année, Pierre Foucher eut aussi un petit Victor, puis l'année suivante une fille, Adèle, future Madame Victor Hugo.

Très proche de la famille Hugo, alors installée rue de Clichy, Pierre Foucher laissa de précieux souvenirs sur la petite enfance de Victor Hugo :
"Quand j'aillais chez Mme Hugo, je trouvais toujours Victor dans coin, pleurnichant et bavant sur son tablier".
A partir de 1803, le couple Hugo se déchire, entre déménagements et liaisons, de l’île d’Elbe à l'Espagne en passant par Naples ; la séparation devient définitive en 1815 et le juge prononce le divorce en février 1818, confiant les enfants à Sophie. Après la mort de sa mère, le 27 juin 1821, Victor Hugo écrit à Adèle Foucher :
"Moi, nul ne s'intéresse à mon avenir, je suis l'orphelin. De quelque côté que je tourne les yeux, je me vois seul."
Hugo sortira de cette solitude, grâce à son mariage avec Adèle, le 12 octobre 1822, il entre dans la famille Foucher et emménage dans leur demeure à l'hôtel de Toulouse (actuel boulevard Raspail).
Pierre Foucher, devient son second père.
Chef de famille présent, Pierre Foucher intervient lors de la prise en charge financière de l'internement de Eugène Hugo devenu schizophrène ; il aide Victor dans l'obtention de la croix de la Légion d'honneur, suit son parcours littéraire, assiste au triomphe de Lucrèce Borgia et l'encourage dans son engagement politique. Hugo lui demande conseil, l'écoute et le chargera même de vérifier dans ces ouvrages les dates, les graphies et les filiations d'histoires.
A la mort de Pierre Foucher , son fils Victor Foucher, pris en charge les archives de la famille et réunit notamment les Drames de son beau-frères dans ces volumes.

On connait par ailleurs un exemplaire de l'édition originale de Cromwell, portant cet envoi non signé : "A mon second père". Il fut vraisemblablement offert à Pierre Foucher puis relié plus tardivement par Petiot à la fin du XIXème siècle.
On notera aussi, un exemplaire de Notre Dame de Paris, dans la récente vente de la Bibliothèque de Pierre Bergé, un portant la dédicace : "à Mélanie son dévoué frère V.H. "

EXEMPLAIRES TRÈS PURS, RELIÉS À L'ÉPOQUE PAR LA FAMILLE FOUCHER, L'UNE DES PLUS BELLES PROVENANCES HUGOLIENNES.

Détail des ouvrages :
· Le Roi s'amuse
Paris, Renduel, 1833.
Troisième édition, augmentée du Discours prononcé par M. Victor Hugo,
le 19 décembre 1832. Ex-libris de Victor Foucher. (Bertin, n°79)

· Lucrèce Borgia
Paris, Renduel, 1833.
ÉDITION ORIGINALE complète de la rare eau-forte originale de Célestin Nanteuil sur chine collée en frontispice, montrant Lucrèce Borgia versant le poison à Gennaro.
Le titre porte l'indication Œuvres complètes de Victor Hugo. Drames V.
Ex-libris de Victor Foucher (Bertin, n°82).

· Marie Tudor
Paris, Renduel, 1833.
Seconde édition ornée d'un beau frontispice-titre par Célestin Nanteuil, complète de la préface et des notes finales. Parue très peu de temps après l'originale, elles forment toutes deux le tome VI des Drames de l'auteur.
Ex-libris de Victor Foucher. (Bertin, n°88)
relié avec
· Angelo, tyran de Padoue
Paris, Renduel, 1835.
ÉDITION ORIGINALE formant le tome VII des Œuvres de Victor Hugo.
Complète de la préface et la note finale. (Bertin, n°100)

· Les Burgraves
Paris, Michaud, 1843.
ÉDITION ORIGINALE complète de la préface.
ENVOI AUTOGRAPHE signé : "A mon cher père M. Foucher V.H." .
(Bertin, n°179)
Relié avec
· Ruy Blas
Paris, Delloye, 1838.
ÉDITION ORIGINALE formant le tome VII des Œuvres de Victor Hugo.
ENVOI AUTOGRAPHE signé : "A mon aimable et gracieuse sœur Mélanie V.H."
(Bertin, n°133)

Paris,Delloye,Michaud,Renduel,1833, 1835, 1843, 1838. 6 titres en 4 volumesIn-8,130 x 210 mm,183, 192, 211, 180, 188 et 248 pp.

Reliures de l’époque, demi-basane noire, dos lisse orné de filets, titres dorés, tranches marbrées, piqûres. Tomaisons fictives noircies, restaurations.
Boite de percaline et papier bois noir, dos en maroquin noir, titres dorés.

Bio

Victor Hugo

(né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris)