Librairie

Album de dessins inédits : Ces demoiselles font leurs dents

Dessin,Encre,1858240 mm 180 mm

ALBUM INÉDIT COMPOSÉ DE 12 DESSINS ORIGINAUX LÉGENDÉS ET D’UNE MORALE.

Demandez plus d'informations

1 200 

1 en stock

Description

ALBUM INÉDIT COMPOSÉ DE 12 DESSINS ORIGINAUX LÉGENDÉS ET D'UNE MORALE.

Recueil satirique, un brin misogyne, traitant des humeurs féminines en pleine rage de dents. Il s'ouvre sur une page de titre entièrement dessinée, signée, daté janvier 1858 et porte cette dédicace autographe : "à Mr & Mme A. Péduvan". Suivent onze dessins à la plume légendés, racontant les mésaventures d'une bonne, prise d'une rage de dents, ne supportant rien et faisant des réflexions hystériques ; elle finira en cage au "noyau d'un jardin zoologie"  dans le "quartier des animaux féroces" avec cet écriteau: "n'agacez pas S.V.P.". L'album se conclut par cette moralité : "Garez-vous du mal aux dents, si vous êtes femme, cuisinière et inutile, sinon garez-vos du tout et des voyages d'agrément."

Né à Dieulefit en 1828, Charles Combe part étudier le droit à Paris 1851, afin de reprendre l'étude notariale familiale.  Délaissant ses études, il fréquente assidûment les musées, les ateliers d'art, les cafés du Quartier Latin et publie en 1855 quelques dessins dans les Albums pour rire. De retour à Dieulefit, il se rapproche de l'écrivain et éditeur provençal Joseph Roumanille dont il illustre, en 1868,  Lou Mege de Cucugnan et Lou Colera édité par Albert Lacroix, Verboekhoven et Cie et traduit en partie par Alphonse Daudet.  Proche du riche industriel lyonnais amateur d'art et bibliophile Antonin Duval, il enlumine de dessins originaux de nombreux volumes de sa bibliothèque dont Les Misérables, le théâtre de Molière et surtout Gaspard de la nuit, qu'il illustre de 127 dessins originaux. Il sera aussi l'un des premiers membres de la Société des Aquafortistes, au côté de Corot, Jonking et Manet, mais son caractère indépendant et son manque d'académisme furent probablement à l'origine de son manque de reconnaissance. Sa santé fragile n'éclaircissant pas le tableau, il mourut à 49 ans avec une popularité toute provençale. Deux ouvrages parus dans les années 1980, furent à l'origine de la redécouverte de Charles Combe, et, en 2005, la commune de Dieulefit a lança une opération de sauvetage de peintures murales exécutées par Combe dans une demeure bourgeoise, ayant appartenu à l'industriel soyeux et maire de ville, Charles Noyer.

Références :
Marie-Claude Delizy et François Morin, Charles Combe (1828-1877) : dessins, illustrations, eaux-fortes, décorations, aquarelles, pastels, modelages, Grenoble, Imprimerie Guirimand, 1981.
G. Rouy, Un dessinateur retrouvé : Charles Combe, Dieulefit, 1982.

[Chez l'auteur],1858. Broché,240 mm 180 mm,14 feuillets.

Plaquette de 24 feuillets brochés par un cordon.

Bio

Charles Combe

Charles-François Combe

(Dieulefit – Drôme : 16 juillet 1828 ; 6 septembre 1877)