Galerie

Rite Tchikumbi : Jeune fille parée de bracelets

Photographie,1942120 x 165 mm
Demandez plus d'informations

150 

1 en stock

Description

Photographie prise en 1942 à Messabé au Congo est le fruit de la collaboration entre Germaine Krull, Ellebé et Robert Carmet lors de la Missions photographiques des Forces françaises Libres en Afrique.

Destiné aux jeunes filles nubiles, le tchikumbi est un rite initiatique propre au peuple Vili de la région de Loango . Elles sont parées par leurs aînées de bracelets et autres bijoux ainsi que couvertes d'une "poudre de bois rouge mêlée d'huile de palme" d'après le témoignage de Bernard Lefebvre dit Ellebé.

Une partie de Archives de ce reportage est conservée aux Archives Nationales d'Outre-Mer.

 

Moyen Congo,1942.120 x 165 mm,

Tirage des années 1950.

Bio

Robert Carmet

Né à Paris le 12 janvier 1923, mort à Soulac-sur-Mer le 14 février 2001.

Photographe du Service d’information de la France combattante, et aviateur des Forces aériennes françaises libres (FAFL) de 1942 à 1944 à Brazzaville, Robert Carmet se trouve aux côtés de Germaine Krüll, Jean Costa et Ellebé (Robert Lefebre). Après la fin du conflit, il devient chef de la section photo au service de presse et d’information du gouvernement général de l’Afrique équatoriale française, jusque dans les années 1955.

Germaine Krull

Germaine Krull, née le 20 novembre 1897 à Wilda, un quartier de Poznań (alors dans l’Empire allemand, aujourd’hui en Pologne), morte le 31 juillet 1985 à Wetzlar (Hesse), intèrege la Lehr-und Versuchsanstalt für Photographie, Chemiegraphie, Lichtdruck und Gravüre de Munich en 1916. Sa fréquentation de l’extrême gauche et du milieu anarchiste provoque son arrestation et sa condamnation à mort par les contre-révolutionnaires. Elle s’enfuit à Berlin et fréquente les dadaïstes et les expressionnistes. Après sa rencontre avec le cinéaste Joris Ivensn elle s’installe aux Pays-Bas et expérimente la photographie d’architecture et collabore aux revues i-10 et De Filmliga.
Installée à Paris vers 1925, Gallimard lui consacre une mince monographie éditée dans la collection Photographes Nouveaux. Elle fréquente les surréalistes et collabore à plusieurs ouvrages dont La Folle d’Itteville  édité en août 1931. Elle travaille ensuite à Monaco pendant 5 ans, puis, après un passage aux Amériques, elle rejoint Brazzaville, le chef-lieu de l’Afrique-Équatoriale française ralliée dès août 1940 à la France libre, où elle dirige le service de propagande local. Elle participe au débarquement de Provence puis à la libération du camp de concentration du Struthof et de Vaihingen. Correspondante de guerre en Indochine à partir de 1946, elle parcourt l’Asie du Sud-Est, allant jusqu’à devenir la première directrice du Mandarin Oriental, Bangkok. Elle rentre en Allemagne en 1955. Son ami André Malraux, ministre de la culture, organise sa première grande rétrospective au Palais de Chaillot, à Paris.

Bernard Lefebvre

Lefebvre Bernard dit Ellebé (1906 – 1992).

Né à Rouen, le 27 mars 1906, mort à Rouen le 30 novembre 1992. Collaborateur à l’hebdomadaire L’Illustration de 1927 à 1940, il rejoint la France Libre en 1941 et devient, à partir de 1944, chef du service photographique du Commissariat aux colonies du gouvernement provisoire de la République. A la Libération, il devient directeur des services photographiques du quotidien régional Paris‐Normandie. En 1949, il ouvre, avec son épouse, Photo Ellebé, studio professionnel situé sur la place Beauvoisine.